moteur de recherche

Presse : Discours cérémonie des voeux, 20 janvier 2015

Discours cérémonie des voeux, 20 janvier 2015

Monsieur le sous-préfet,

Mesdames et messieurs les élus,

Mesdames et messieurs les présidents et directeurs d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche,

Mesdames et messieurs les présidents d’association,

Chères et chers collègues,

Les cérémonies des vœux, comme celle d’aujourd’hui, résonnent de façon étrange dans le contexte de ce début d’année 2015. Secoués, sidérés, nous sommes très nombreux à nous rassembler autour  des valeurs fondamentales qui nous lient, les valeurs de notre République.
La liberté de penser, de chercher, d’enseigner et de publier…. fonde l’Université. Notre communauté s’est donc naturellement déjà emparée des questions soulevées par ces attaques à l’encontre de la liberté de conscience et d’expression.
Dans ce contexte, les missions de l’Université apparaissent aujourd’hui encore plus fondamentales. Nous devons donc nous relever, continuer nos combats au nom de nos missions, pour les étudiants et pour la République.

Même si cela peut paraître un peu dérisoire après cette introduction, je vais poursuivre mes vœux en vous parlant de notre université, l’UPEM.
Pour retracer l’année 2014, je vais commencer par vous citer quelques-uns de nos enseignants-chercheurs et docteurs distingués en 2014 pour leurs travaux scientifiques:

  • Xavier GOAOC (LIGM), membre junior de l’IUF ;
  • Julien YVONNET (MSME) qui a reçu lors de la Conférence "World Congress of Computational Mechanics", le prix ECCOMAS O. C. Zienkiewicz Award ;
  • Pierre-Arnaud BARTHEL (LATTS), membre junior de l’IUF,  aujourd’hui détaché à l’AFD ;
  • Maxime CROCHEMORE (LIGM), docteur Honoris Causa de l’université d’Helsinki ;
  • Chantal DELSOL (EEP), qui en 2015 présidera l'académie des Sciences Morales et Politiques ;
  • Majdi HOCHLAF et toute l’équipe de Chimie Théorique du MSME, pour l’acceptation de son projet MOLIM, relevant du programme COST, dans le cadre d’Horizon 2020 ;
  • Cyril HOUDAYER qui vient de rejoindre le LAMA, qui a reçu une bourse ERC « Starting Grant » pour son projet « Groups, Actions and von Neumann algebras » ;
  • Le collectif de chercheurs de l’UPEM et de l'UPEC (IRG) primé par l’académie des Sciences Morales et Politiques, pour son dictionnaire des risques psycho-sociaux ;
  • Pascale CHATEAU-TERRISSE (IRG), qui a reçu en novembre dernier le prix Université Paris-Est pour sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Muriel JOUGLEUX ;
  • Anna JEZIERSKA (LIGM), distinguée par le prix Arconati-Visconti de la chancellerie des universités de Paris, pour sa thèse sur la restauration d’images, sous la direction notamment de Jean-Christophe PESQUET.

De nombreux et nouveaux succès pour nos équipes de recherche, dont l’excellence a à nouveau été soulignée par les évaluations de l'AERES. Je profite de cette évocation pour remercier ici les directrices et directeurs d’unités de recherche, en particulier ceux qui quittent leurs fonctions et ceux qui viennent de prendre cette responsabilité à l’occasion du changement de contrat. Je salue également l’investissement de toute la vice-présidence recherche et de notre nouvelle vice-présidente de la Commission de la Recherche, Sylvy JAGLIN, qui a succédé à Geneviève THIERRY, il y a quelques mois.

Concernant la formation, nous pouvons aussi nous réjouir des évaluations de l’AERES, parfois excellentes, de nos formations. Grâce aux équipes pédagogiques et administratives, nos formations ont été souvent mises à l’honneur cette année.
La première réussite est celle de l’insertion professionnelle qui, en plus d’être excellente, permet à nos étudiants d’obtenir parmi les plus hauts niveaux de rémunération au moment de leur insertion.
Autre forme d’insertion professionnelle, tout aussi importante, nos étudiants en master préparant aux métiers de l’enseignement ont obtenu d’excellents résultats aux concours.
Je note également un accroissement, dans un contexte difficile du nombre de VAE passées cette année, preuve que nos formations correspondent bien aux référentiels de compétences des entreprises.
Nos formations sont aussi maintenant abonnées aux premières places du classement SMBG. Ce ne sera pas démenti cette année.
2014 a aussi été l’année des succès collectifs avec Université Paris-Est : au travers des projets Pepite, pour l’entrepreneuriat étudiant et CréaMooc, pour l’aide au développement de MOOC.
Je remercie tous ceux qui ont contribués à ces succès et en particulier les directeurs et responsables de composantes ainsi que toute l’équipe de la vice-présidence enseignements et professionnalisation et de tous les services qui contribuent à ces questions.

En ce qui concerne l’international, j’ai déjà cité quelques succès en recherche, mais l’université a aussi été très présente l’an passé en matière de formation dans les salons internationaux. Nous développons et renforçons des partenariats privilégiés avec le Brésil, la Chine, Taïwan, sans compter tous ceux que nous avons dans le cadre des principaux programmes d’échanges classiques : ERASMUS+, MICEFA pour les Etats-Unis, BCI pour le Québec. Un double diplôme est en préparation avec l’Italie et nous avons été sollicités pour en bâtir d’autres avec la grande université Tsing Hua de Taïwan et Jiao Tong de Shanghai, celle du fameux classement de…Shanghai ! Je voudrais ici remercier le travail effectué par les composantes relayées par le service des relations internationales. J’en profite pour remercier Irina SIMION son ex-responsable, partie poursuivre sa carrière à Bordeaux et pour saluer Camille DULOR qui vient de lui succéder.

Mais 2014 a aussi été une année de bilan à plusieurs titres.
Tout d’abord, parce que l’UPEM - dans toutes ses composantes, ses formations, ses unités de recherche - a été évaluée, en général par l’AERES (aujourd’hui HCERES), mais aussi pour ce qui concerne l’ESIPE et ses formations d’ingénieurs par la CTI et pour ce qui concerne l’IUT et ses DUT par la CCN-IUT. Les travaux d’inspections et de contrôles ont été également particulièrement présents pour les directions et services (multiples missions IGAENR, IGF, etc..). Cette période d’évaluation a été intense et a nécessité (comme les autres précédemment) un investissement très important. Vous le savez, cette évaluation s’avère très satisfaisante dans son ensemble et justifie nos actions et nos efforts, tout en pointant, en général de façon juste, ce qu’il nous reste à faire.

2014, année bilan en second lieu, qui nous a conduits à examiner en profondeur avec les inspecteurs de l’IGAENR notre budget et nos comptes suite aux déficits constatés pour 2012 et 2013.
Un travail indispensable a été mené par les équipes, orchestré par Solange BONNEAUD et Frédéric MORET, pour nous permettre d’envisager l’avenir en maîtrisant les implications de nos choix de développement, de nouveaux projets mais également de gestion des ressources humaines.
Cet audit n’est d’ailleurs pas totalement achevé à ce jour, se poursuivant s’agissant de notre opération PPP, mais également s’agissant de la perspective de création d’une nouvelle université.
Je remercie ici tous les agents particulièrement et directement impliqués dans ce travail, à savoir l’Agence comptable dirigée par Nelly TOCKO, la Direction des Affaires Financières pilotée par Antonio DI PALO, la Direction des Ressources Humaines pilotée par Stéphanie ALEXANDRE, notre Pôle d’Assistance au Pilotage (Elodie BEZOUT, Line FONFREDE, Sandrine FERRIERE, Sandrine WAUTHIER et Cécile DORIONS). Outre votre investissement et votre rigueur dans la conduite de ce chantier collectif, j’ai noté que votre travail se déroulait dans une ambiance très positive et dans la bonne humeur.
Notre budget est en déficit et ceci nous contraint à de très importants efforts pour retrouver un équilibre. Le travail d’analyse conduit en 2014, et qui se poursuit, nous permettra d’ajuster au plus près ces efforts que nous demandons aux composantes, aux laboratoires et aux services.

Au sujet de notre situation financière, il me semble important de vous préciser aujourd’hui quelques éléments.

  • Je suis confiant, au vu des premiers résultats de nos actions, quant à notre capacité à retrouver dans les deux ans une santé financière ;
  • Nous dépendons, encore plus aujourd’hui qu’avant, de notre capacité à capter de façon pérenne des ressources extérieures et sans cela nous ne pourrons pas envisager un développement, voire un maintien de nos activités ;
  • Notre situation de sous-encadrement rend encore plus difficile les efforts imposés par le retour à l’équilibre, la poursuite de nos missions au quotidien et l’investissement sur de nouveaux projets. J’ai conscience de la grande fragilité que ceci induit sur de nombreux personnels et je reste extrêmement vigilant à cet égard.

Nous nous battons au quotidien pour que la situation particulière de l’UPEM soit reconnue par la tutelle. Très prochainement les élus du Conseil d’Administration inviteront les personnels à échanger sur ce point.
Je souhaite ici remercier les élus de notre territoire qui nous soutiennent particulièrement dans ce contexte et relaient notre voix. Je veux citer nos députés, Emeric BREHIER et Eduardo RIHAN-CYPEL, la Région Île-de-France et plus particulièrement sa vice-présidente Isabelle THIS-SAINT-JEAN, Brigitte EUDE et Geneviève WORTHAM pour leur soutien et leur écoute. Je remercie également l’assemblée du Conseil Général de Seine-et-Marne, son président Vincent EBLE et tous ses élus. Merci à Marie RICHARD et Gérard EUDE d’assurer le relais et de défendre avec autant de vigilance et d’intelligence nos intérêts. Un grand merci également  à la Communauté d’Agglomération du Val Maubuée et à son président Paul MIGUEL, qui nous aide à développer nos liens avec les acteurs socio-économiques du territoire et nous accompagne dans de nombreux projets. Je remercie également chaleureusement Arnaud DE BELENET, président du SAN du Val d’Europe, également conseiller général de Seine-et-Marne, qui continue à nous accueillir sur son territoire et à nous soutenir très activement dans notre projet de création d’un pôle universitaire qui verra, je le souhaite, le jour à la faveur du Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020, qui se fait attendre...

2015 sera une brique déterminante dans la construction de notre avenir, une année de construction. Et pour mener à bien ce qui nous attend, je remercie par avance de leur investissement les nouveaux élus qui rejoignent les conseils et instances en place (la vice-présidente Etudiante et les élus du CTp)

Construction, je viens de l’évoquer, des bases qui nous permettront de revenir à l’équilibre budgétaire et de maîtriser notre budget, identifier les pistes pour dégager de nouvelles ressources.

Construction, co-construction d’une « nouvelle », ou en tout cas d’une « autre » vie de campus :

  • Grâce à notre Maison de l’Etudiant qui vient de s’ouvrir ;
  • Grâce, je l’espère..., nous l’espérons tous, à notre bibliothèque universitaire Georges Perec. L’occasion m’est donnée ici de saluer le travail réalisé par la direction du patrimoine immobilier, particulièrement mobilisée par des dossiers très complexes comme ceux de la bibliothèque Georges Perec et de la rénovation du bâtiment Copernic par la voie du partenariat public privé ;
  • Grâce à un nouvel espace dédié à l’innovation numérique et au co-working (« la centrifugeuse ») qui s’appropriera dans les tous prochains mois, le RDC du bâtiment dit « IFU » ;
  • Grâce à notre ouverture sur la ville toujours… Cette année nous accueillons en résidence l’écrivain Frédéric FORTE pour un projet intimement lié à notre site et qui s’exportera au-delà de nos murs ;
  • Grâce aussi et surtout au dynamisme des associations étudiantes, des associations des personnels, ainsi qu’à celui du service de la vie étudiante;
  • Grâce enfin aux projets de plus en plus partagés avec nos partenaires de la cité Descartes et animés par la Communauté Université Paris-Est…

Nous savons aussi pouvoir compter sur l’accompagnement de Mme le Maire de Champs-sur-Marne. Je la remercie, ainsi que ses services, pour leur soutien à l’animation du campus. Je salue également ici l’EPAMARNE, qui au-delà de ses missions d’aménageur, s’est particulièrement investi ces deux dernières années dans les domaines de l’innovation, de la valorisation et de l’animation de la cité Descartes.

Construction encore, co-construction du projet de notre Communauté d'Universités Paris-Est. Je salue amicalement le président Bernard DIZAMBOURG, Benoît LESAFFRE et leurs collaborateurs, que je remercie pour le grand travail accompli ces derniers mois en vue de préparer notre réponse au PIA et notre contrat de site. J’en profite également pour saluer les directeurs et présidents, les représentants et collègues des membres et associés de la COMUE. La COMUE dépose ce mois-ci les premiers documents de réponse à l’appel à projet Programme d’Investissement d’Avenir 2 et nous aurons très vite à rédiger notre contrat de site. Ces éléments préciseront nos ambitions communes pour les 5 prochaines années. L’enjeu est de taille pour l’avenir de nos projets, de notre territoire, et pour notre visibilité… mais aussi, parce qu’il représente une source importante de financement pour la COMUE et nos établissements.

Construction toujours et concrétisation de l’harmonisation de l’offre de formation entre l’UPEC et l’UPEM. En septembre 2015, après de longs mois de réunions (parfois difficiles), nous afficherons ensemble donc, et de façon lisible pour les étudiants une offre pluridisciplinaire co-accréditée à plus de 50%. Cette offre est également complétée par l’ESPE créée l’année dernière et pour laquelle il reste de nombreux chantiers à mener avec nos partenaires académiques. Nous travaillons également, avec le soutien du Rectorat, au renforcement des liens Lycées-Universités pour faciliter la réussite des étudiants et fluidifier les parcours. Ces concrétisations sont le résultat d’un énorme travail qui a engagé grand nombre d’entre vous et particulièrement mobilisé les membres de la CFVU, en particulier sa vice-présidente Inès DE DIEGO, ainsi que la VPEP.

Co-construction pour finir dans le cadre de la COMUE, avec l’UPEC, d’une nouvelle université. Nos ambitions communes déjà illustrées par les étroites collaborations scientifiques et par l’IAE Gustave Eiffel, se sont concrétisées à nouveau très récemment par une belle réalisation : l’installation (enfin !) de l’IFU et de l’IUP de l'UPEC, dans les locaux du bâtiment Bienvenüe. Mais cet emménagement ne peut suffire à concrétiser la création de l’EUP. Les directeurs de l’IFU et l’IUP ne me contrediront pas sur ce point, je pense. Comme pour l’IAE, nombre de questions très concrètes et quotidiennes doivent être réglées et surtout l’avenir est à construire.
Le travail d’état des lieux, préalable à la co-construction d’une nouvelle université a commencé avec la mise en place de commissions et de groupes mixtes. Déjà, comme nous l’avions présumé, ce processus, et ce projet, mobilisent beaucoup d’entre nous.
Ce processus de co-contruction est de grande ampleur, à l’image du projet : une grande université apte à répondre aux enjeux de son territoire, plus forte pour être en mesure de peser sur le plan régional, national et au rayonnement international affirmé. Je tiens à remercier ici l’ensemble des personnels de l’UPEM et de l’UPEC qui participe à ce projet, et en particulier les membres de l’équipe projet qui ne ménagent pas leurs efforts.

Alors que le rôle et les missions de l’Université figurent au premier plan et sont interrogés par notre société, je pense que nous devons être ambitieux pour l’Université et pour notre établissement. Merci à tous pour votre investissement, et en particulier à tous ceux avec qui j’ai le plaisir de travailler au quotidien.

Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle et bonne année 2015.

Gilles ROUSSEL, président de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Les autres coupures de presse UPEM

Contact Service Communication

Service Communication
Bâtiment Bois de l'Étang, B207, 2ème étage