moteur de recherche

Presse : Discours cérémonie des voeux, 20 janvier 2017

Discours cérémonie des voeux, 20 janvier 2017

Madame la Ministre,

Monsieur le Maire,

Mesdames et messieurs les élus,

Madame la rectrice,

Mesdames et messieurs les présidents et directeurs d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche,

Mesdames et messieurs les présidents d’associations,

Chères et chers collègues,

Chers étudiants,

Je suis ravi de vous accueillir aujourd’hui à la Maison de l'Étudiant pour cette cérémonie des vœux.
Tout en nous projetant vers 2017, je vais prendre le temps de revenir sur les nombreuses réalisations de 2016, fruit de tout le dynamisme de notre territoire et de l’engagement de chacun d’entre vous.
Tout d’abord, notre excellence a été à nouveau reconnue en 2016 en matière de formation, avec plusieurs de nos diplômes distingués :
- Le Master Marketing et Management des Services ainsi que le Master Innovation Design et Luxe, deux masters portés par l’IAE Gustave Eiffel et l’UFR SEG, sont classés 3e dans leur spécialité respective par Eduniversal ED & MBA 2016 ;
- Le parcours Recyclage et Valorisation des Véhicules au sein de la licence professionnelle OMSA portée par l’IFSA s’est vu récompenser par le Trophée « Enseignement » décerné par l'Institut de l'économie circulaire ;
- Les diplômes de l’ESIPE, qui a été mis en avant par le palmarès 2017 des écoles d’ingénieurs de l’Étudiant sur de nombreux critères.
Ces distinctions particulières éclairent la réussite de l’ensemble de l’établissement.


Concernant la réussite en Master, notre université cumule des taux de réussite excellents et une très forte valeur ajoutée. De même, nous pouvons nous réjouir que l’UPEM soit régulièrement saluée pour ses très bons résultats en matière d’insertion professionnelle, grâce à la qualité et la variété de notre offre de formation mais également aux partenariats durables que notre établissement a su nouer avec nombre d’entreprises et ses CFA.
Pour notre mission d’insertion, des actions concrètes méritent d’être citées :
- L’opération « Tous sensibilisés » a rassemblé près de 450 étudiants autour de l’économie circulaire ;
- La sécurisation du parcours de l’étudiant entrepreneur, entre projet et étude, se matérialise dans le cadre du dispositif PEPITE 3EF ;
- La tenue prochaine d’un salon virtuel permettra à nos étudiants d’aller à la rencontre des entreprises à travers un dispositif novateur.
Nos étudiants sont ainsi pleinement accompagnés dans leur entrée dans la vie professionnelle et encouragés dans leur envie d’entreprendre.
Merci à Aïni HANNACHI et l’ensemble de ses services pour leur investissement sur ces sujets.
Il nous faut donc poursuivre pour 2017 l’effort de développement de nouveaux partenariats qui favorisent l’employabilité de nos étudiants, comme récemment avec Air France, la Caisse d’épargne ou Addeco.
L’obtention du label Campus des métiers et des qualifications de l'économie touristique, en lien avec UPE, constitue également une belle reconnaissance de ce secteur d'activité d'excellence sur notre territoire. Il vient consolider le Cluster Tourisme Paris Val d’Europe, construit avec nos partenaires du Val d’Europe.

Concernant la vie de nos composantes, je souhaite saluer leur travail à travers quelques faits marquants de l’année écoulée, et évoquer certains à venir.
L'UFR STAPS et le laboratoire ACP sont en train de devenir la référence nationale et européenne en matière d'étude de l'emploi sportif grâce à l'ampleur prise par l'observatoire créé il y a 2 ans, le GAREF.
À l’IFSA, la fête de la science, à travers des ateliers expérimentaux réunissant écoliers, collégiens, lycéens et étudiants de licence et de master, tout comme les olympiades de physique ont été un beau succès en 2016. C’est aussi une façon concrète de faire vivre le continuum bac -3 bac +3, sujet que nous nous attachons à investir avec le rectorat.
En 2017, l'École d'Urbanisme de Paris connaîtra un événement majeur qui sera le lancement de sa Chaire « Aménager le Grand Paris », fondée pour une durée de 5 ans, avec les cinq acteurs centraux de l'aménagement du Grand Paris : Société du Grand Paris, Grand Paris Aménagement, Grand Paris Habitat, Etablissement Public Foncier d’Île-de-France et la Caisse des Dépôts.

2016 et 2017 sont aussi des « années anniversaires » pour certaines de nos composantes :
- L’IUT fête ses 25 ans ;
- L’IAE Gustave Eiffel que l’UPEM a rejoint en 2011, fête ses 10 ans ;
- L’École d’Urbanisme de Paris – EUP, issu du regroupement de l’Institut Français d’Urbanisme (IFU) de l’UPEM et de l’Institut d’Urbanisme de Paris (IUP) de l’UPEC, fête ses 1 ans.
Enfin, je salue les récentes nominations à la direction de nos composantes de Taoufik SOUAMI, à l’IFU, d’Isabelle MORNAT à l’UFR de Langues et civilisations, de Marc CERISUELO, à l’UFR LACT et de Nathalie FABRY, à l’IFIS.
Merci pour votre engagement au service de l’établissement, et bon courage !
Saluons également les nouveaux élus et membres des conseils, je veux remercier en particulier les vice-présidentes des conseils — Sylvie CHEVRIER, Claudie TERRASSON et Cécile COLLINET — pour leur travail et leur implication.
Je veux aussi avoir une pensée pour nos deux collègues Matthieu GIROUD et Nicolas CLASSEAU — décédés lors des attentats de novembre 2015 — en mémoire desquels nous avons organisé en 2016 des journées d’hommage. Ces moments ont été précieux pour nous réunir autour de leurs travaux, de leur engagement et témoigner de notre souvenir à leur égard ainsi qu’à l’ensemble de leurs proches.
2016 a été à nouveau marquée par de terribles attentats, et notre solidarité se trouve naturellement élargie à l’ensemble des victimes et de leurs proches. Face à la stupéfaction, l’Université, lieu de production et de diffusion des savoirs, doit nous accompagner vers une meilleure compréhension d’un monde qui s’en trouve bouleversé.

Pour poursuivre la mise en lumière de 2016 en matière de formation, on peut noter la stabilisation de l'offre de formation commune avec l’UPEC, qui contribue à accroître la lisibilité et par conséquent l’attractivité de cette offre auprès de nos publics.
L’année 2016 a été celle de l’arrêt du processus de création d’un nouvel établissement regroupant l’UPEM et UPEC. Cette phase intense de travail entre nos deux établissements nous aura permis de nous ouvrir à une autre culture de gestion universitaire, de confronter nos pratiques, et de faciliter la prise de conscience d’un monde universitaire en mutation et qu’il est indispensable d’accompagner au mieux. Capitalisant à la fois sur l’expérience acquise et aussi sur les collaborations anciennes entre nos deux établissements, le travail se poursuit entre nos deux universités sous une autre forme, en particulier pour le développement de nos composantes mixtes que sont l’EUP, l’IAE et l’ESPE.

Suite à l’arrêt du processus de création d’un nouvel établissement, l’UPEM s’est réinvesti sur d’autres projets, notamment le numérique qui constitue un sujet transversal fortement investi par notre établissement. Tel un fil conducteur, le numérique irrigue nos missions comme nos organisations.  
Concernant nos organisations, l’objectif du numérique est celui de la simplification et de la modernisation puisque l'année 2017 est en effet celle où nous entrons de plain-pied dans l'ère de la dématérialisation numérique. Dans le domaine de la gestion comptable et financière ou encore de la scolarité, la mise en place de procédures entièrement dématérialisées sera un pas de plus dans la simplification des démarches de nos personnels comme de nos étudiants.
Concernant nos missions, le numérique nous aide à matérialiser cette « société de la connaissance » dans laquelle, en tant qu’établissement d’enseignement supérieur et de recherche, nous nous inscrivons totalement. Cette société est celle de la construction, de la diffusion et de l’appropriation des savoirs, avec une dimension collaborative forte.
Nous savons pouvoir compter dans ces domaines sur les compétences des équipes du Centre de ressources informatique et du Campus numérique, ainsi que sur leurs directeurs, Mourad BENHADJ et Feriel GOULAMHOUSSEN.
L’innovation — dans toutes ses dimensions — a toujours été un moteur pour notre établissement. 2017 lui donnera un nouvel élan, à travers l’adaptation continue de nos pédagogies à nos publics.
Je veux en particulier souligner le développement de l'approche compétences tout à fait notable dans les filières Master Tourisme, Master MITIC/MIPI et dans la filière Génie Mécanique de l'ESIPE. Jacques TARDIF, spécialiste de l'approche compétences, a qualifié « les changements pédagogiques développés par ces deux équipes d’exemplaires ». Fort de cette expérience, l'approche compétences sera poursuivie dans d’autres formations.
De nombreux autres projets dans le cadre de l’initiative d'excellence en formations innovantes — IDEA — portée par UPE sont à saluer : je citerai UPEMI, qui forme nos enseignants-chercheurs à l’enseignement en anglais ainsi que Premier Langage et WIMS, deux dispositifs novateurs d’apprentissage de la programmation d’une part, des mathématiques d’autre part, utilisant des outils numériques.
La montée en puissance de la formation tout au long de la vie est un enjeu majeur pour l’établissement. Ainsi, l’UPEM et l’UPEC ont été retenues dans le cadre de « l’appel à manifestation d’intérêt » lancé par le MENESR pour participer à une expérimentation afin de développer la formation tout au long de la vie. C’est un challenge stimulant qui permettra la mise en œuvre et la sécurisation des parcours des adultes en reprise d’étude.
Je veux aussi citer DigitalU — dispositif de formation aux métiers du numérique sans prérequis de diplôme — qui a été labellisé Grande École du numérique, avec le soutien de la Communauté d’Agglomération Paris Vallée-de-la-Marne (CAPVM), dont je remercie le vice-président Gérard EUDE, particulièrement investi sur ces sujets. En collaboration avec la Maison intercommunale de l'insertion et de l'emploi, la première promotion débutera sa formation dès mars 2017.
En 2017, la création de la CentrIFUgeuse — espace d'expérimentation pédagogique, dans les anciens locaux de l’IFU, sera un nouveau jalon marquant. La mission de préfiguration de la nouvelle organisation de cet espace d’innovation est confiée à Pascal ROMON. Le service commun des langues, le campus numérique et la cellule d’innovation pédagogique déménageront dans les nouveaux locaux au 1er et 2e étage, alors que le rez-de-chaussée proposera un espace de co-working, largement ouvert à son environnement et à un public diversifié.
Ce nouveau lieu au service de l’expérimentation accueillera nombre de projets à vocation transversale : citons le laboratoire d’écriture, qui constitue une porte d’entrée pour un rapport avec la langue française plus dense, plus riche, et se veut une réponse aux besoins de nos usagers dans la production de leurs écrits.
Évoquons enfin la mise en ligne du site de la résidence de Frédéric Forte, poète et membre de l’Oulipo. Accueillie à l'UPEM en 2015 avec le soutien de la région Île-de-France et du département de Seine-et-Marne, cette résidence portait sur le thème de l'écriture des lieux autour de la cité Descartes. Ce site web concrétise notre souhait d’inscrire durablement le matériau poétique co-construit à cette occasion, qui bénéficie ainsi d’une audience renouvelée.

En matière de communication, un audit est actuellement conduit par les équipes du service de communication auprès des composantes et des unités de recherche pour recueillir leurs besoins en matière de communication : 2017 sera donc aussi l’année d’une communication renforcée, avec une forte dimension digitale, auprès de nos usagers. Je sais pouvoir compter sur Sandrine DIAGO et son équipe pour faire avancer ces sujets.
Pour faire vivre la vie de campus, la vie étudiante est un axe que nous ne cessons d’investir, malgré les difficultés liées au plan Vigipirate. Les services de la vie étudiante et du patrimoine, aux côtés des associations, accompagnent efficacement nombre d’évènements qui rythment ainsi l’année universitaire et animent notre cité Descartes.
En particulier, de nombreux événements culturels sont initiés au sein de la Maison de l’étudiant, le service de la vie étudiante s’est même doté d’un « service civique » pour accompagner ce développement. C’est bien aussi le rôle de l’Université d’ouvrir nos étudiants à la culture dans toute sa diversité.
Les actions en matière de prévention et de santé étudiante sont particulièrement importantes pour nos étudiants qui peuvent, à un moment donné de leur parcours, se retrouver fragilisés. Le partenariat avec le secours populaire et les actions d’urgence du FSDIE (Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes) permettent ainsi de soutenir les étudiants les plus démunis.
Je tiens à saluer le travail des associations étudiantes — particulièrement actives au sein de notre établissement, l’action du vice-président étudiant Maxence BABIN et des élus étudiants, qui s’investissent dans les conseils.
Plus généralement, que l’ensemble des services qui contribuent à cette amélioration continue de la vie de l’étudiant dans toutes ses dimensions en soient remerciés !
2017 est une année d’importance pour le projet FUTURE porté par UPE, projet I-SITE déposé dans le cadre du PIA. Avec la COMUE, nous avons fait le choix de préparer un projet d’I-SITE resserré, intégrant fortement l’IFSTTAR, l’ENSAVT, l’EIVP, l’ESIEE Paris et l’UPEM, en partenariat fort avec l’École des Ponts et avec le soutien du CNRS.
Ce projet porte comme ambition de construire l’acteur majeur sur la ville durable dont la France manque en matière de recherche et d’enseignement supérieur avec un fort volet innovation pédagogique et numérique.
Pour ce faire, l’I-SITE FUTURE vise la création d’un établissement unique, préservant les missions de chacun des établissements, visible à l’international. Sa particularité est de proposer une voie originale de résolution du dualisme du système français entre universités, écoles et organismes de recherche. Grâce à ses effets de structuration de l’ensemble du site, d’entraînement sur la qualité et l’amélioration de l’organisation des activités d’enseignement et de recherche, l’I-SITE constitue une opportunité qui irrigue déjà nos établissements.
Je souhaiterais maintenant mettre en lumière quelques événements marquants qui ont rythmé la vie de nos unités de recherche :
- L'European Research Council (ERC) « Consolidator Grants » obtenu par Guillaume HAIAT, directeur de Recherche au CNRS et membre du laboratoire MSME, qui a démarré le 1er octobre dernier ;
- Le Projet européen KnowMak, remporté par le LISIS, qui a pour objectif de produire un outil innovant permettant de représenter les dynamiques de production des sciences, des techniques et des innovations ;
- L’obtention du statut d’UMR CNRS pour le LISIS, jalon important dans la reconnaissance de la qualité du projet scientifique de ce laboratoire ;
- La participation de nos laboratoires à plusieurs Domaines d’Intérêt Majeur qui viennent d’être labellisés par la Région : le DIM « Math Innov », le DIM « Astrophysique et conditions d'apparition de la vie » ainsi que le DIM émergeant « Sciences Informatiques » ;
- Le programme de recherche Inventer le Grand Paris — dans le cadre du LabEx Futurs Urbains — avec la tenue en 2016 du 4e colloque « Regards croisés sur les métropoles » ;
- L'École d'été internationale « Activité physique et sport : Discours et pratiques du point de vue des sciences humaines et sociales », conduite par ACP en collaboration avec la Société internationale de l'histoire du sport ;
- Le colloque EURAM — plus gros congrès scientifique de management sur le plan européen — piloté par l’Institut de Recherche en Gestion, FSEG, l’IAE Gustave Eiffel ;
- La journée du PICRI — événement de l’IRG — sur le thème « Quelles contributions des sociétés coopératives d'intérêt collectif à la ville durable et inclusive ? » ;
- Les Projets PEPS achevés en 2016 méritent également d’être cités : ANIMALHUMANITE – « Expérimentation et fiction : l’animalité au cœur du vivant » sous la houlette de Gisèle SÉGINGER, CILIOLA – « Méthodes d’extraction d’information et Applications aux Actualités et à l’Information scientifique » sous la houlette de Laurent NAJMAN,
- La valorisation du Fonds Gadoffre, entreprise cette année par les deux laboratoires ACP et LISAA, en partenariat avec la Fondation Royaumont et l'Institut collégial européen.
Mentionnons aussi le legs par Jean CÉARD d'un précieux fonds patrimonial à notre université, qui est une belle marque de reconnaissance à l’égard de la jeune université qu'est l'UPEM.

Je veux aussi mettre à l’honneur nos collègues enseignants-chercheurs distingués ces derniers mois :
- Romain DUJARDIN (professeur au LAMA) est nommé membre junior de l’IUF ;
- Jean-Christophe PESQUET (professeur au LIGM), Gisèle SEGINGER (professeur au LISAA) sont nommés membres seniors de l’IUF ;
- Yannick L'HORTY (professeur à ERUDITE) est nommé au Conseil d'Analyse Economique mais également fait Chevalier de la Légion d'honneur sur contingent du ministère de la Fonction publique ;
- Mariane CERF (directrice de recherche au LISIS) élue membre correspondante à l'Académie d'Agriculture de France ;
- Hajer BAHOURI (directrice de recherche au LAMA) a été lauréate du Prix Paul Doisteau-Émile Blutet décerné par l'Académie des Sciences ;
- Corine PELLUCHON (professeur au LIPHA-PE) a reçu le prix Paris-Liège 2016 pour son essai paru aux éditions du Seuil « Les nourritures, philosophie du corps politique » ;
- Gilberte CHAMBAUD (professeur émérite au MSME) est élue membre de l'Academia Europaea. Elle préside également la Société Chimique de France depuis décembre 2015 ;
- Hervé DEFALVARD (maître de conférences à ERUDITE) a reçu le prix du livre sur l'ESS 2016 catégorie expert ;
- Rémy RODIAC (LAMA) a obtenu le deuxième prix de l'Université du Conseil Départemental du Val-de-Marne pour sa thèse sous la direction d'Etienne SANDIER.
Enfin, concernant ce volet recherche, la transformation de notre Service des Activités Industrielles et Commerciales (SAIC) en Direction de la valorisation de la recherche au 1er janvier 2017 et la mise en place de l’Unité Budgétaire recherche permettront de consolider les données de recherche. Les travaux préparatoires ont également permis à l’établissement de revoir le dispositif de déductibilité de la TVA sur la recherche.

2016 a été celle d’une nouvelle dynamique sur le volet partenarial de notre établissement. Conjointement, la mise en mouvement de l’UPEM pour l’élaboration du projet FUTURE a permis de donner un nouvel élan. Nos relations internationales s’en trouvent ainsi renforcées. Citons quelques-uns de ces partenariats et projets phares à l’international :
- au Maroc, la naissance d'un nouveau partenariat avec l’ENSI de Tanger ;
- en Chine, le lancement du projet de deux doubles diplômes avec l'Université de génie civil et d'architecture et la participation de BUCEA au projet I-SITE ;
- en Chine toujours, signature d'un accord-cadre avec l'Université de Baotou avec qui nous allons dès cette année préparer un programme de collaboration ambitieux ;
- en Arménie, avec l'Université nationale d'architecture et de construction d'Arménie, le montage d'un projet « capacity building ».
Enfin, avec l’Espagne, avec le projet de double diplôme entre le Master Arts, « Littérature, Civilisation. Parcours Mondes hispanophones. Écritures, cultures, créations » à l’UPEM et le Máster « Escritura creativa » (écriture créative) à l’Université de Séville.
Merci à notre service des relations internationales, qui permet que l’ensemble de ces projets prennent corps.
Côté patrimoine, c'est la première fois — depuis de nombreuses années — que la totalité des bâtiments de l’UPEM sont autorisés au public. Coup de chapeau à Philippe DEMANGE et ses équipes qui ont fait aboutir cet objectif.
L’ouverture de la bibliothèque Georges Perec, après 4 années de retard, a été un évènement majeur de 2016. Au vu de la fréquentation depuis son ouverture — le 6 décembre dernier — la bibliothèque Georges Perec est d’ores et déjà devenue un lieu incontournable de vie et d’études. Que Christine STOTZENBACH et ses équipes en soient vivement remerciées.
Toujours côté immobilier, le Contrat de Plan État / Région (CPER) laisse augurer pour 2017 de nouvelles phases de développement immobilier :
- un premier volet de 15 M€ pour la construction d’un bâtiment au Val d’Europe ;
- un second volet de 5,7 M€ pour la construction d’un nouveau bâtiment sur la cité Descartes, des travaux de réaménagement au Bois de l’Étang et l’équipement de la Centrifugeuse dont nous avons déjà dit quelques mots.
- La signature du Partenariat Public Privé (PPP) pour la rénovation de Copernic a été une étape importante, qui va se concrétiser en 2017 avec le début de l’installation du chantier en février et le début des travaux en avril.
À ce sujet, je vous invite à participer nombreux à la réunion d’information prévue le 21 février prochain.
À propos de l’accueil physique de nos publics dans nos locaux, je veux souligner les enjeux toujours actuels liés à la sécurité qui doivent nous appeler à une vigilance toujours maintenue à travers le dispositif Vigipirate ; je sais pouvoir compter sur votre engagement dans ce domaine.

Concernant le volet budgétaire, la réelle volonté de l’établissement de retrouver une situation saine est bel et bien concrète. Alors que les budgets 2016 et 2017 sont votés à l’équilibre, le compte financier 2016 devrait être positif : les efforts faits par l’ensemble de l’établissement et le soutien de l’Etat dans le cadre du plan de retour à l’équilibre financier ont porté leurs fruits. Cette situation assainie a permis notamment de prévoir au budget 2017 :
- un nouvel appel à projet pour la recherche « Super BQR » ;
- de créer grâce au CFA Descartes un appel à projet pour les formations en apprentissage, sous l’appellation de « Bonus Qualité Apprentissage ».
-L'université a su également appliquer les nouvelles règles imposées par le décret GBCP : moderniser les procédures, enrichir les données financières, renforcer les dispositifs de contrôles et d'audit interne sont autant de volets qui nous permettent de nous doter d'une capacité accrue à nous projeter, avec une production des comptes désormais avant le 28 février.
- La professionnalisation des fonctions comptables et financières et la collaboration entre l’agence comptable et l’ordonnateur sont assurément renforcées. D’ailleurs, le contrôleur budgétaire régional a reconnu la qualité de travail des services de l'université.
Que l’ensemble des personnels de l’Agence comptable, sous la direction de Nelly TOCKO ainsi que ceux de la DAFAP, sous la direction de Nathalie SEMAILLE soient vivement remerciés pour leur investissement.

Concernant nos Ressources humaines, je veux saluer la Directrice des ressources humaines, Claire CORMAN, tout récemment nommée. Les travaux d’aménagement de la DRH vont permettre d’amener davantage de confort à cette direction qui s’est développée de manière conséquente depuis le passage aux responsabilités élargies de l’établissement.
Plusieurs sujets d’importance sont actuellement pilotés par les RH :
- la cartographie des postes ;
- la revalorisation des rémunérations des fonctionnaires et, par ricochet, de celles des contractuels ;
- la campagne emploi 2017 qui a enfin retrouvé une volumétrie acceptable, même s’il reste encore quelques emplois « gelés ».
Enfin, la création grâce au soutien du CFA Descartes de postes d’ingénieurs pédagogiques est aussi une contribution importante au développement des moyens humains de notre université. Je tiens à remercier ici le CFA Descartes et ses équipes pour leur soutien.

Comme vous le savez, j’ai été élu à la présidence de la Conférence des Présidents d'Université (CPU) le 15 décembre dernier. Ce mandat de deux ans pour porter les voix des universités permettra à notre Université de bénéficier d'une visibilité accrue.
Sachez-que mon engagement restera sans faille à la présidence de l’UPEM : l’accomplissement de nos missions d’enseignement supérieur et de recherche au service de l’ensemble de nos usagers et à vos côtés est ma priorité.
Concernant l’actualité nationale, les prochaines élections — présidentielles puis législatives — vont être l’occasion de débats et de propositions sur notre secteur de l’ESR. Il est difficile d’appréhender à ce jour les effets de ces futures élections, nous aurons ainsi à rester à l’écoute de potentielles évolutions pour nos établissements. Tout en étant prêts à s’approprier ces évolutions, nous resterons vigilants quant à notre capacité à pouvoir accomplir, en tant qu’établissement public, nos missions d’intérêt général.
Je sais pouvoir compter dans cette période sur une équipe soudée qui a montré sa solidarité dans des moments difficiles. Merci Frédéric, Muriel, Frédéric, Venceslas, Karine, Damien, Caroline, Solange et son équipe de me supporter au quotidien et pour votre action au service de l’UPEM. Merci également, Pascal ROMON, Frédéric SALLY-GIOCANTTI et Thierry BERKOVER qui suivent des missions transversales sur le numérique, la formation des enseignants et le lien lycée-université.
Je sais aussi pouvoir compter sur un cabinet ultra efficace. Je tiens saluer le travail précieux, efficace et discret d’Anna, d’Anna-Lu et de Sandra, la nouvelle venue. Je n’oublie pas Anne qui j’en suis certain reviendra vite à nos côtés.
Je remercie plus largement toute la communauté universitaire et l’ensemble de nos partenaires engagés à nos côtés. Je salue également l’action de notre ministère et notre secrétariat d’État à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, dont je salue la présence ici aujourd’hui, avec la venue de Thomas LARDEAU, représentant de Thierry MANDON. Merci enfin à notre rectrice, Béatrice GILLE, pour son soutien indéfectible à notre établissement.

Vous l’avez compris, 2017 sera une année riche et pleine d’ambition pour l’UPEM et l’ensemble de ses partenaires.
Mes derniers mots sont donc pour vous souhaiter une très belle année 2017 ; que cette année puisse vous apporter bonheur, santé, réussites et tout ce que à quoi vous pouvez aspirer sur le plan personnel comme professionnel.
Pour notre établissement, je souhaite que 2017 continue à consolider notre écosystème liant recherche, enseignement et professionnalisation — à travers les nombreux projets conduits par l’UPEM et l’ensemble de ses partenaires.

Excellente année 2017 !

Gilles Roussel, Président de l’UPEM, 20/01/2017.



Image:  © UPEM / Photographe : Elodie BOUCHUT, 2017.

Les autres coupures de presse UPEM

Contact Service Communication

Service Communication
Bâtiment Bois de l'Étang, B207, 2ème étage