moteur de recherche

Les effets de l'emploi sur la concentration des Mutuelles de santé

Les effets de l'emploi sur la concentration des Mutuelles de santé

En lien avec l’observatoire de l’emploi et des métiers en mutualité, une étude monographique des conséquences sur l’emploi du mouvement de concentration que les mutuelles de santé connaissent, a été également réalisée. Ses principaux résultats peuvent d’ores et déjà être établis. Ceux-ci doivent être rapportés aux cinq mutuelles de santé qui ont été analysées et n’ont donc pas une portée générale bien que certains éléments nous paraissent devoir qualifier le secteur.


Après avoir donné les repères permettant d’avoir une compréhension du secteur des mutuelles de santé, de son évolution et de ses ordres de grandeur, l’étude montre que les conséquences observées sur l’emploi dans les cinq mutuelles de santé (trois mutuelles interprofessionnelles, une mutuelle de fonctionnaire et une mutuelle professionnelle) demandent de distinguer trois niveaux d’analyse.


Le premier niveau est celui de la dynamique historique car le processus de concentration, d’une part, et l’évolution de l’emploi, d’autre part, s’inscrivent dans une relative longue durée qui remonte aux années 1980. Notamment, les mutuelles interprofessionnelles de santé étudiées ont connu deux générations de concentration. La première à la fin des années 1990 et au début des années 2000 a concerné des toutes petites mutuelles qui ont été fusionnées au sein de mutuelle départementale en raison notamment de la norme de solvabilité I. L’emploi était ici un enjeu premier car il en allait de la disparition de ces petites mutuelles. La deuxième génération commence au milieu des années 2000 et concerne l’ensemble des mutuelles de santé dont la concentration devient stratégique au sens où elle est une réponse à une double évolution : le marché de la complémentaire santé qui devient en même temps concurrentiel et national, l’activité qui devient multi produits. L’enjeu de la concentration est donc celui d’une nouvelle gouvernance des mutuelles de santé, à un niveau inter régional, dont l’emploi n’est plus en première ligne. Les mutuelles rencontrées anticipent déjà une troisième génération de concentration pour la décennie 2010.


Le deuxième niveau concerne l’anticipation des modifications de l’emploi que le mouvement de concentration implique avec une double caractéristique : une évolution de l’emploi vers une spécialisation et professionnalisation des postes, une organisation de l’emploi avec de nouveaux métiers dont celui en pointe de conseiller mutualiste (commercial) car la part de marché devient une variable stratégique. Dans cette phase d’anticipation, les évolutions de l’emploi et leur impact sur les départs ou les mobilités internes sont concertées.


Le troisième niveau est celui des effets à court terme de la deuxième génération de concentration observée dans cinq mutuelles. Le premier effet est celui d’une organisation plus efficace du travail avec des adaptations nécessaires et gérées dans le temps. Cette plus grande efficacité se traduit par
des gains de productivité reportés dans le temps du fait de l’absence de licenciements secs et du non remplacement anticipé de tous les départs à la retraite. Le deuxième effet est la mise en place d’un management et de relations sociales beaucoup plus formalisés, modifiant de manière substantielle le vécu au travail même si ces modifications interviennent dans la longue durée. Enfin, le ressenti par les salariés du mouvement de concentration est fait d’angoisse devant le changement et un avenir incertain, d’un travail qui reste à visage humain dans les agences et, enfin, d’un désenchantement relatif devant l’absence de promotion de carrières.

 

Télécharger le rapport d'étude au format pdf


Agenda de l'ESS

Décembre - 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
  01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31