moteur de recherche

2018

 

Programme annuel de travail pour l’année 2018

 

Le comité de pilotage de la chaire, dans sa séance du 15 décembre 2017, a arrêté son programme de travail pour l’année 2018 dont plusieurs actions s’inscrivent dans une durée plus longue, jusqu’à trois ans

1. Les axes de recherche 2018

 

Le développement de la recherche scientifique relative à l’ESS fut le premier défi que la chaire ESS-UPEM dût relever. Si le programme 2018 s’inscrit dans la continuité des recherches initiées les années précédentes, il se trouve désormais structuré autour de deux grands axes qui seront, pour les prochaines années, ses deux piliers autour desquels il se développera. L’un poursuit les recherches de la chaire ESS-UPEM sur les communs sociaux avec plusieurs inflexions engageant les prochaines années. L’autre prolonge le colloque chercheurs-acteurs sur la place de l’économie sociale dans la réinvention du modèle social français au XXIe siècle.

              1.1 Les communs sociaux

 

Depuis l’année 2015, la chaire ESS-UPEM développe l’hypothèse de recherche sur les communs sociaux selon laquelle certaines des réalités de l’économie sociale et solidaire constituent des communs particuliers dans la mesure où localement ils construisent des ressources associées à un droit universel d’accès de telle sorte qu’elles puissent devenir réellement et démocratiquement accessibles à tous sur les territoires. L’emploi, la santé, la culture, la mobilité, le logement, l’alimentation, l’énergie… constituent de telles ressources rendues accessibles à tous et, en particulier, aux plus fragiles par l’organisation de communs sociaux.

                      1.1.1 Le projet de recherche CITÉS Descartes

 

Dans le cadre du programme I-site « Ville durable » de la nouvelle université cible qui réunit sept établissements d’enseignement et de recherche, la chaire ESS-UPEM porte un projet de type Impulsion dont l’objet est le développement de Communs interdisciplinaires de la transition écologique et solidaire (CITÉS) sur la Cité Descartes. Ce projet est interdisciplinaire en associant des chercheurs des disciplines du droit, de la gestion et de l’économie avec des chercheurs relevant des sciences de l’ingénieur afin de concevoir des dispositifs cadres permettant de pouvoir expérimenter des communs sur la cité Descartes. L’expérimentation pour sa part associe les usagers de la cité Descartes avec des acteurs socio-économiques du territoire ainsi que des collectivités territoriales. Dans sa première phase de trois ans, ce projet se concentre sur deux communs de la mobilité largement enchâssés, un commun de la mobilité partagé à travers une plateforme de co-voiturage et un commun de la mobilité douce autour du vélo. Ce projet a été déposé en novembre 2017 et recevra une réponse du programme I-site en mars 2018. Toutefois, le développement de ce projet est prévu indépendamment de son financement par le programme I-site.

                      1.1.2 Communs sociaux et translocalisme

 

A la suite de sa participation aux deux colloques de Cerisy sur les communs en 2016 et 2017, le centre culturel de Cerisy a proposé à la chaire ESS-UPEM d’organiser un troisième colloque sur les communs en juillet 2019 tourné vers les territoires. Ce colloque sera co-organisé avec la chaire d’économie solidaire du CNAM. Dans la perspective de ce colloque, un groupe de réflexion initié par la chaire ESS-UPEM travaille sur la question de la transformation globale des communs de territoire à partir du concept de translocalisme. Ce dernier traduit le phénomène général selon lequel l’ancrage territorial des communs va aujourd’hui de plus en plus souvent de pair avec des liens à des échelles plus larges et qui sont notamment supportés par les nouveaux enjeux écologique et numérique. Un Workshop international sera organisé les 14 et 15 mai à Marne la Vallée pour réunir différents chercheurs et acteurs s’inscrivant dans cette nouvelle problématique du translocalisme des communs.

                      1.1.3 R&D sur les communs

 

Trois R&D sont développées sur des terrains particuliers tout en croisant les recherches précédemment évoquées.  Tout d’abord, la recherche de thèse commencée il y a deux ans par Geneviève Fontaine sur les communs de capabilité. L’année 2018 sera l’année d’aboutissement de cette R&D très ambitieuse et dont le soubassement théorique associe à la théorie des capabilités de Sen la perspective des communs dans la tradition d’Ostrom. Cette R&D interne à la Société coopérative d’intérêt collectif Tétris dont elle participe au développement, offre également la possibilité d’évaluer de manière très opérationnelle la dimension de communs des pôles territoriaux de coopération économique. Ensuite, la thèse en bourse Cifre au sein de La Poste de Cristina Raileanu porte sur la place et le rôle des grandes entreprises dans les communs sociaux intégrant des plateformes numériques avec une application particulière au groupe La Poste. Enfin, commencée en 2017 dans le cadre d’une mission d’une étudiante en Master 2 IESS à l’Irup de St Etienne, la R&D portée par la chaire ESS-UPEM sur la redynamisation de la vallée des usines à Thiers autour de l’ESS et des communs se poursuivra en 2018. 

              1.2 Economie sociale et Etat social au XIXe siècle

 

En lien avec les trois formations de sa mention de master ESS, dans les champs de la protection sociale, du médico-social et de l’entrepreneuriat social et solidaire, la chaire ESS-UPEM poursuit un programme lancé en 2017 avec l’organisation du colloque chercheurs-acteurs sur de la place de l’économie sociale dans la nécessaire réinvention du modèle social français pour le XXIe siècle.

                      1.2.1 Etudes sectorielles sur la petite enfance et les personnes âgées

 

En lien avec la chaire ESS de Reims, la chaire ESS-UPEM lancera en 2018 un programme de recherches sur deux secteurs emblématiques du modèle social français : la petite enfance et les personnes âgées. Ce programme recouvre une partie quantitative qui consistera dans l’analyse des spécificités des organisations de l’économie sociale et solidaires dans ces deux secteurs par rapport aux organisations lucratives et publiques. Une autre partie du programme de recherche sera plus programmatique en souhaitant esquisser les modalités d’une nouvelle alliance entre l’économie sociale et l’Etat afin d’orienter les régulations dans ces deux secteurs en conformité avec les valeurs de solidarité, de citoyenneté et de coopération.

                       1.2.2 Fondements théoriques de la solidarité

 

Dans le sillage des recherches précédentes sur le solidarisme de Léon Bourgeois, des études sur le fondement théorique de la solidarité seront continuées. Pour une part, ces études reviendront sur l’histoire en continuant l’étude de l’œuvre de Léon Bourgeois et de sa théorie de « l’individu associé ». Pour une autre part, elles seront continuées à travers un outillage théorique contemporain, celui de la théorie des jeux à cadres variables dans la tradition de Bacharach. Ces recherches sur les fondements théoriques de la solidarité rejoignent très largement les recherches sur les communs sociaux auxquelles elles apportent des fondations théoriques.

2. Les formations et enseignements en 2017-2018

 

Après deux extensions des formations en 2017 avec le DIU « Chargé insertion et mobilité » et l’UAR « Eduquer à la solidarité à l’école », l’année 2018 voit une nouvelle formation en économie sociale et solidaire ouvrir au sein de l’UFR Eco & Gestion avec le master 2 « Gestion des entreprises de l’économie sociale et solidaire » en formation continue. Par ailleurs, en 2017-2018, deux projets tuteurés ESS sont conduits avec des étudiants de deux masters hors ESS continuant la sensibilisation à l’ESS au sein de formations non dédiées à l’ESS. Le programme de formations et d’enseignements développé par la chaire ESS-UPEM est désormais sans doute l’un des plus importants de France.

              2.1 L’enseignement Introduction à l’économie sociale

 

Proposée aux étudiants de première année de licence éco-gestion au second semestre, cette option a continué de connaître un succès en 2017 avec 92 étudiants inscrits sur 310 étudiants de première année. Elle sera de nouveau ouverte en 2017-2018.

              2.2 La Licence professionnelle GOESS

 

La Licence professionnelle sous son nouveau label Management des organisations de l’économie sociale et solidaire a connu une rentrée moyenne en 2017 à l’UPEM : avec 18 étudiants dont 9 étudiants apprentis. Par contre, à l’inverse de l’an dernier, elle sera ouverte à l’IRUP en 2017-2018 avec une promotion de 13 étudiants.

               2.3 La mention de Master «ESS »

 

Dans sa nouvelle carte de formations, l’UPEM, en cohérence avec son soutien apporté à la chaire ESS, a proposé dès la rentrée 2015 cette nouvelle mention de master. Elle regroupe les trois spécialités précédentes : la spécialité Insertion et ESS, qui était déjà dans le périmètre de la chaire, et deux spécialités qui y sont depuis entrées : la spécialité santé et médico-social et la spécialité protection sociale qui deviennent trois parcours de la nouvelle mention de master ESS. L’année 2017-2018 continuera le développement des trois spécialités de la mention ESS dont l’une d’elle, la spécialité IESS, se déroulera également à l’IRUP de St Etienne.

               2.4 L’initiative partagée Coop’à-prendre

 

Si l’initiative partagée Coop’à-prendre a vocation à se transformer en société coopérative d’intérêt collectif, elle ne perd pas pour autant en route sa dimension pédagogique de sensibilisation des étudiants à l’entrepreneuriat sous forme coopérative, voire d’incubation de projets d’étudiants. Ce projet pédagogique d’accompagnement des étudiants à la création d’activités sous forme coopérative trouvera sa place en 2017-2018 sous la forme du projet collectif des étudiants de la licence pro GOESS.

                2.5 Les nouveaux diplômes

 

Le nouveau diplôme interuniversitaire (DIU), Conseiller en insertion et mobilité, accueillera sa seconde  promotion d’étudiants en formation continue en mars 2018. La chaire ESS-UPEM, en raison de ses compétences anciennes dans le champ de l’insertion est associée à ce projet, aux côtés de l’école d’urbanisme de Paris (EUP). Marie Hélène Massot (EUP) et Hervé Defalvard (Chaire ESS-UPEM) sont les deux co-responsables pédagogiques du diplôme dans la mise en place duquel Melaine Cervera s’est particulièrement investi pour la chaire ESS-UPEM.

Suivant une des orientations du comité de pilotage de la chaire ESS-UPEM, cette dernière a été à l’initiative de l’ouverture d’une nouvelle unité d’approfondissement et de recherche (UAR) dans le cadre de la deuxième année d’un Master MESS de l’ESPE de Créteil à destination des professeurs stagiaires du 1er degré. Cette UAR vise, en lien avec la semaine de l’ESS à l’école, à sensibiliser les professeurs des écoles et leurs élèves à l’économie sociale et solidaire. Concrètement, sur la base d’un projet mis en place par ces professeurs stagiaires avec leur classe autour de l’éducation à la solidarité, les dix-huit enseignants chercheurs qui ont choisi cette nouvelle UAR devront réaliser un mémoire de recherche. Cette UAR « Eduquer à la solidarité à l’école » est co-animée par Olivier Chaibi, Maître de conférences à l’Espe de Créteil et Hervé Defalvard, responsable de la chaire ESS-UPEM. Pour l’année 2017-2018,  l’UAR « Eduquer à la solidarité » compte 41 étudiants stagiaires inscrits, le double de la première année.

 

En janvier 2018 ouvrira le master 2 Gestion des entreprises de l’économie sociale et solidaire (GESS) au sein de l’UFR Eco & Gestion sous une nouvelle version réservée aux étudiants en formation continue et destinée à la formation des cadres au sein des organisations de l’ESS. L’intégration de cette nouvelle formation au sein de la chaire ESS-UPEM traduit l’intégration des sciences de gestion dans son périmètre de formation. L’un des enjeux pour 2018 sera le montage de dossiers de formation continue avec la fédération Léo Lagrange. Les responsables du Master GESS sont Amina Bécheur et Sophie Rieunier.

              2.6 Les projets tuteurés ESS « hors les murs » en 2017-18

 

Deux projets tuteurés ESS seront en 2017-2018 accompagnés dans des formations  non dédiées à l’ESS. Un premier projet mixte en ce sens qu’il associe un groupe d’étudiants du master 2 IESS et un groupe d’étudiants du Master 1 Risque et environnement de l’IFSA dirigé par Martine Taride et Ali Bedidi. Ce projet tuteuré a pour commanditaire le Sietrem (syndicat de la collecte des déchets ménagers) et consiste dans l’étude de faisabilité d’une ressourcerie sur le territoire du Sietrem. Un second projet sera réalisé par les étudiants du Master 2 Communication et métiers du web sur la commande de la chaire ESS-UPEM qui porte sur la conception de la plateforme de co-voiturage sur la Cité Descartes selon le modèle des communs. Les deux responsables du Master sont Thierry Bonzon et Sylvain Zorninger.

3. La visibilité de l’ESS

 

 

Du point de vue de la visibilité et au-delà des évènements qui la marqueront, l’année 2018 sera une année charnière en tant qu’elle sera aussi celle de la préparation de deux évènements majeurs qui se dérouleront en 2019, les XIXe rencontres du RIUESS à Marne la Vallée et le colloque international de Cerisy sur les territoires solidaires en commun.

              3.1 Le Festival Vidéo des Alternatives Solidaires à Torcy

 

 

En 2017, le comité de pilotage de la chaire ESS-UPEM a choisi et validé la délocalisation de son festival vidéo Alternatives solidaires à Torcy en partenariat avec la ville de Torcy et l’agglomération Paris Vallée de la Marne, laquelle a rejoint la chaire ESS-UPEM concrétisant l’ancrage territorial de celle-ci. Sur la base de cette première expérience réussie, l’enjeu pour 2018 sera de progresser dans l’implication des associations locales et la participation des habitants au festival. Si ce dernier restera alimenté par les vidéos réalisées par les étudiants du master 2 IESS ainsi que par les films reçus dans le cadre de son appel à film, il reste à relever le défi de faire du festival un moment d’échanges entre étudiants, réalisateurs et habitants du territoire au sein de ce quartier populaire de Torcy qu’est celui de l’Arche Guédon. En partenariat avec la mairie de Torcy, et notamment sa responsable de l’unité culture, Nadine Tankovic, la petite équipe constituée de Marina Galimberti, Sophie Estassy, apprentie chargée de projet au sein de la chaire ESS-UPEM, et Hervé Defalvard, travaillera dans cette direction. 

              3.2 Le workshop international « Le translocalisme des communs » (14 et 15 mai 2018)

 

A la suite du premier workshop international de la chaire ESS-UPEM qui eut lieu en mai 2016 sur les communs dans une perspective de transformation sociale (voir numéro spécial 2016 des cahiers de la chaire ESS-UPEM), la chaire poursuit sa visée de promouvoir et développer une réflexion collective sur les communs réanimant au niveau international l’ambition alternative de l’ESS. A cette fin, elle organisera les 14 et 15 mai prochains à l’université de Paris Est Marne la Vallée un deuxième workshop international placé sous la nouvelle hypothèse du translocalisme des communs. Celle-ci fait écho à un phénomène de plus en plus fréquent qui voit l’ancrage territorial des communs être associé à des liens opérant à des échelles plus larges, jusque et y compris à une échelle mondiale. Ce Workshop sera l’occasion d’élaborer des premières réflexions sur le translocalisme des communs et d’échanger sur la diversité de ces manifestations.

              3.3 Evènement à l’IRUP ( ?)

 

              3.4 Préparation des deux évènements majeurs de 2019

 

L’année 2018 sera, enfin, une année de préparation de deux évènements majeurs que la chaire ESS-UPEM organisera en 2019.

 

En collaboration avec la chaire d’économie solidaire du Cnam, la chaire ESS-UPEM organisera le troisième colloque sur les communs dans le lieu si prestigieux de Cerisy la salle et avec notamment le soutien de la fondation du Crédit coopératif. Les trois organisateurs de ce colloque, Elisabetta Buccolo (chaire ES du Cnam) avec Geneviève Fontaine et Hervé Defalvard (Chaire ESS-UPEM) ont proposé pour ce troisième colloque sur les communs de Cerisy le thème central des territoires avec le titre suivant : « Territoires solidaires en commun (controverses à l’horizon du translocalisme) ». Ce colloque souhaite réunir des chercheurs et des acteurs autour des réalités voisines de l’économie solidaire et des communs en s’interrogeant collectivement sur leur inscription à plusieurs échelles dans une visée de complémentarité en vue de répondre au défi de la triple transition du XXIe siècles : écologique, numérique et démocratique. La finalisation du programme et du budget du colloque sera l’enjeu principal auquel devront répondre les trois organisateurs en lien avec Edith Heurgon, responsable du centre de Cérisy la salle. 

Lors des XVIIe rencontres du RIUESS qui ont eu lieu en mai 2017 à Marrakech, l’association du Réseau inter-universitaire de l’économie sociale et solidaire a décidé en assemblée générale et sur la proposition du responsable de la chaire ESS-UPEM, que les XIXe rencontres du RIUESS auraient lieu en mai 2019 à Marne-la-Vallée sur le thème suivant : « l’ESS de la culture et la culture de l’ESS ». C’est la première fois que le thème de la culture sera abordé par les rencontres du RIUESS et le fait que ce thème soit abordé à Marne la Vallée n’est sans doute pas un hasard. L’année 2018 devra relever le défi de l’organisation de ces rencontres, depuis la constitution du comité local d’organisation à la production pour septembre 2018 de l’appel à communication.

 

Agenda de l'ESS

Novembre - 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
  01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30